header image

De retour de Goa


L'itin?raire 02 janvier 2004

  • Palolem – Ankola – Kumta – Honavar
  • 107 km
  • 3 heures

03 janvier 2004

  • Honavar – Jog Falls – Sagar – Shimoga
  • 157 km
  • 4 heures

04 janvier 2004

  • Shimoga – Birur – Tiptur – Tumkur – Bangalore
  • 275 km
  • 6 heures 30


D’un point de vue purement moto-touristique, je dirais que le voyage vaut vraiment le coup pour la partie entre Palolem et la fin des Ghats (apr?s Jog Falls). La route est tout simplement magnifique. Dans la seconde partie du voyage, les paysages restent grandioses jusqu’a quelques kilom?tres avant Tumkur. Ensuite on rejoint “l’autoroute” et son cort?ge de camions, de travaux, des bus, etc. et d?bouchant sur les banlieues industrielles de Bangalore.

Pr?t a quitter les huttes de Palolem *

Le retour de la petite escapade a Goa ne s’est pas fait seul ; un passager est venu se poser sur le si?ge arri?re et un sac de plus est venu surcharger le porte-bagage d’une quinzaine de kilos suppl?mentaires. La moto n’a pas bronch?e, toujours apte a maintenir son petit 80km/h de vitesse de croisi?re, avalant les courbes des routes sinueuses des Gh?ts occidentaux.

Ben, le compagnon de voyage **

02 janvier 2004

Mais revenons donc a Palolem. 14h30, l’heure de quitter notre hutte de bambou pour se mettre en route. Nous d?cidons de faire ?tape a l’endroit ou nous devons quitter l’autoroute c?ti?re pour la route vers Jog Falls. Le d?but du voyage se passe merveilleusement malgr? la mauvaise habitude qu’a Ben de modifier l’?quilibre de la moto dans les virages, le bus n’est pas passe loin :) Mais tout ceci s’arrange apr?s quelques kilom?tres, le temps pour moi aussi de prendre en main l’engin alourdi d’un passager suppl?mentaire et d’une trentaine de kilos de bagages. Le premier arr?t a la pompe a essence sera douloureux, mes craintes de m’arr?ter dans une petite station service ?taient justifi?es : nous en sortons avec une addition pour 11,5L de super sans plomb alors que pour sur nous n’avons re?u que 6 ou 7 litres. En dehors des grandes stations, les pompes sont trafiqu?es pour saler un peu plus l’addition. M’enfin, pas le choix, nous faisons avec et repartons. A notre droite la mer d?file, alternance de collines, ?les au large, un bien belle route pour commencer le voyage. Puis rapidement nous arrivons a Hanovar, ville ou se s?parent les routes pour Mangalore et Shimoga/Jog Falls. Nous prenons le premier logde a moins de 150 roupies, avalons avec plaisir notre poulet aux piments dans le premier restaurant sale, repoussant et terriblement peu cher que nous trouvons. Apres avoir d?pense des fortunes a Goa pour manger des plats occidentaux, notre joie de retourner en Inde ?tait immense :)

03 janvier 2004

Les Gh?ts s'annon?ent ... *

L’heure du d?part, apr?s un petit d?jeuner copieux et avoir charge la b?te, nous prenons la route en direction de Jog Falls. Mes craintes quand a la qualit? de la route pour franchir les Gh?ts s’estompent peu a peu. La route est bonne. Sinueuse, alternant parties ombrag?es dans la jungle et sections dominant le reste des collines. Le goudron est la malgr? tout, pas de trous, seul un scorpion me fera faire un ?cart pour l’?pargner, cet imprudent traverse la route sans regarder.

Nous arrivons apr?s une soixantaine de kilom?tres a Jog Falls. Tout simplement impressionnant, les plus grandes chutes d’eau en Inde. Je pense qu’ici quelques photos en diront bien plus que quelques paragraphes. Nous nous arr?tons pour la demi journ?e. La descente dans la gorge avec les sacs, casques et la boite a outils laisse envisager que la remont?e ne sera pas de tout repos. Tant pis, l’envie d’aller piquer une t?te dans la rivi?re est trop forte.

Jog Falls, vue du haut de la gorge ** Jog Falls, un des filets d'eau a droite **

Apres ce break rafra?chissant et une pose plus longue que pr?vue, il faut se remettre en route. Nous avions pr?vu d’aller le plus loin possible pour pouvoir se permettre une excursion a Hassan le dimanche mais c’est perdu d’avance. Nous d?cidons donc de pousser jusqu’a Shimoga, assez grande ville pour trouver un h?tel pas trop cher et assez proche pour ne pas faire trop de route de nuit. La route est pire que celle des Gh?ts, c’est un projet d’autoroute nationale mais qui est encore a un stade de route de campagne. Les travaux font qu’on doit traverser de grandes sections de terre. Parfois une seule voie rend le croisement avec les bus et les camions plut?t acrobatique (les chauffeurs ne ralentissent et ne se poussent surtout pas, la priorit? se joue au poids du v?hicule ici donc direction le bas cote, voire le champ voisin pour les motocyclistes).Autant dire que nous appr?cions beaucoup d’arriver a Shimoga. Le bruit et la chaleur ne nous emp?cherons pas de dormir apr?s cette ?puisante journ?e.

04 janvier 2004

C’est le dernier jour de voyage, nous le savons et cela se sent. 6 heures de trajet sont au programme aujourd’hui, pas le temps donc de faire une grande pause. Les paysages semi-arides du plateau m?lent un jaune profond au bleu intense du ciel. Quelques tra?n?es de nuages rendent les paysages encore plus beaux. La route est mauvaise, nos fesses accusent le coup.

Couleurs du plateau du Deccan ** A fond la photo souvenir :) **

Tumkur et son autoroute pour Bangalore arrivent. Le temps d’avaler notre d?jeuner dans une Dhaba sur le bord de l’autoroute et nous voila lances pour la derni?re partie du voyage. Infernale. Circulation intense, retour aux bouchons de Bangalore, trouver son chemin dans la ville. Le voyage est termine. Les vacances aussi.

Bilan moto

  • La b?quille centrale n’est pas ce qu’on peut appeler un accessoire bien pratique en voyage. Quand la moto est charg?e, elle se trouve vraiment tr?s bas et la b?quille frotte dans les virages. Bref, a enlever dans ces conditions.
  • Le phare d’origine de la Bullet n’est vraiment pas assez puissant pour rouler la nuit. On y voit peu …
  • Le porte bagage ?tait un peu juste, sous le poids des sacs et a cause du relief pour le moins irr?gulier des routes indiennes les barres se tordaient progressivement jusqu’a toucher les clignotants arri?res. Bref, l’id?al pour un tel voyage serait de monter ces portes-bagages du type “arm?e”, comme on peut le voir sur cette photo d’une Enfield goannaise.
Goa, paradis des Enfields de tourisme customis?es **

* photo (c) Benjamin Wagner
** photo (c) Vincent Prat

Les commentaires ne sont plus possibles.

© Vincent Prat 2005-2006
Basé sur Wordpress + WPG2 + Gallery2